Espérer quand tout te pousse à abandonner

« Je sais que Dieu existe et je me réjouis de ses plans pour moi, mais **rde, qu’attend t-il pour les réaliser dans ma vie ! » N’est-ce pas souvent ce genre d’idée qui nous traverse l’esprit ? Sans langue de bois, je vous réponds « Oh que oui ! »

On a tendance à croire que la vie avec Jesus nous garantit une vie meilleure sans le moindre effort. Une affirmation trompeuse car accepter la vie de Christ c’est refuser les rouages d’un monde (première difficulté majeure) que nous avons intégrés dans notre mentalité.

Alors voilà, nous mettons fin à cette vie de compromission pour désormais vivre dans la vérité de Jesus. Mais qu’est-ce que c’est difficile ! J’ai été habitué à voir pour croire et voici que l’on me demande de croire sans preuve, sans indice, sans avoir vu. On me prêche d’avoir confiance en un Dieu que je n’ai jamais vu, une épreuve quand tu as du mal à faire confiance à tes amis. OMG.
Quand tout va plus ou moins bien, espérer en Dieu est facile. On se dit « Dieu est merveilleux, tout va bien » mais quand le ciel s’assombrit tout n’est plus aussi rose.


Une seule ombre au tableau suffit à nous faire douter de l’amour de Dieu pour nous. Le Dieu admirable, inébranlable, incomparable que nous célébrions le dimanche ne nous semble plus aussi efficace. Alors notre espérance s’évapore à petit feu. Et comme un malheur ne vient jamais seul, les soucis de la vie s’accumulent et là notre relation avec Dieu est mis à rude est épreuve.

Parfois, il m’arrive de me mettre dans la peau de Dieu et je me sens triste. Aimé pour ce qu’il donne, adoré pour ce qu’il fait et non pour ce qu’il est. Nous nous comportons comme des gosses pourris gâtés, des enfants ingrats, des profiteurs. Dieu ne mérite t’il pas notre amour parce qu’il est simplement Dieu ? Si notre relation avec lui dépend de ces bienfaits envers nous peut-être ne méritons-nous pas réellement son amour. Car de vous à moi, qui donc peut se dire de bon coeur de nos jours ?


Puis je réalise que c’est cet amour infaillible de Dieu malgré mes fautes souvent volontaires qui le pousse à espérer en ma transformation, en moi. C’est ainsi qu’à mon tour, j’espère même lorsque tout autour de moi semble s’écrouler. J’ai la foi non pas en la capacité de Dieu à me sortir du sable mouvant dans lequel je me trouve mais plutôt en son amour pour moi. Dieu m’aime beaucoup trop pour observer mes larmes coulés indéfiniment. Je le sais, il mettra un terme à cette grise saison.

Espérer quand tout te pousse à abandonner, espérer non pas que Dieu va agir, mais que Dieu m’aime trop pour ne pas agir en ma faveur. Dans chaque relations, il existe des tests et des épreuves. Pour le meilleur et pour le pire, je me suis engagée par amour avec mon Jesus. C’est par amour que lui aussi a fait don de lui pour me sauver. C’est l’amour de Dieu qui fait vivre mon espoir en vers et contre tout.

« J’ai foi en notre équipe, j’ai foi en nous, même si l’univers me pousse à lâcher ces derniers temps, je n’abandonnerai pas. Nous atteindrons ces objectifs ensemble, Seigneur. »

Toi aussi, tu peux faire cette prière en lisant ce merveilleux passage dans le livre d’Esaie 43 :

Ainsi parle maintenant l’Eternel, qui t’a créé, ô Jacob ! Celui qui t’a formé, ô Israël ! Ne crains rien, car je te rachète, Je t’appelle par ton nom : tu es à moi!  Si tu traverses les eaux, je serai avec toi; Et les fleuves, ils ne te submergeront point; Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, Et la flamme ne t’embrasera pas.  Car je suis l’Eternel, ton Dieu, Le Saint d’Israël, ton sauveur; Je donne l’Egypte pour ta rançon, L’Ethiopie et Saba à ta place. Parce que tu as du prix à mes yeux, Parce que tu es honoré et que je t’aime, Je donne des hommes à ta place, Et des peuples pour ta vie…

xoxo, Lady S !